L’anxiété scolaire


Cette phobie sera souvent associée à un autre trouble. Le jeune aura beaucoup de difficulté à se présenter à l’école. Il aura constamment des lamentations face à l’école. Il aura une résistance à fréquenter l’école allant jusqu’à un refus total d’aller à l’école ou d’y rester. L’enfant ressentira une détresse lors des matins d’école (exemples : nausées, maux de tête, étourdissements, pleurs, crise de colère, agressivité, acter la maladie, visites fréquentes chez le médecin et absences fréquentes à l’école).

Cette phobie peut passer inaperçue. Les enfants qui en souffrent sont des enfants qui vont être souvent associés à des enfants qui n’aiment pas l’école. Cependant, quand ces enfants vieillissent, ce trouble est appelé de la phobie sociale.

Ses manifestations ?

Pour débuter, le jeune se plaint d’abord de différents maux : maux de ventre, malaises physiques, excuses pour manquer l’école qui vont grandir avec le temps, excuses pour rester à la maison, absences de plus en plus fréquentes. Toutes les excuses seront bonnes afin de rester à la maison.

Pourquoi le jeune peut développer ce type de problématique ?

Pour l’enfant, la crainte d’être évalué, d’être jugé, de se sentir inférieur devant les amis et/ou un groupe, peuvent être des éléments qui déclancheront ce type d’anxiété. Les symptômes physiques et psychologiques qui seront associés à ces situations vont provoquer chez le jeune une association négative du milieu scolaire alors que ces malaises ne le sont nullement.

Les conséquences


Le refus scolaire est présent chez 1 % à 2 % des jeunes. La phobie scolaire est une recherche d’évitement donc, il est considéré davantage comme un symptôme qu’un diagnostic.


Centraide — Merci à notre donateur financier principal et partenaire dans différents événements !